Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eglise Gnostique Nazaréenne

Extrait de la Révélation Essénienne

22 Août 2015 , Rédigé par Sophia Houlda

Extrait de la Révélation Essénienne

« Et je vis un ange proclamer d’une voix forte : "Qui est digne d'ouvrir le livre et d’en ôter les sept sceaux ? »

Aucun vivant dans le ciel, ni sur la terre, aucun sous la terre, n'avait pu ouvrir le livre. Alors j'ai pleuré, parce que le livre ne pouvait être ouvert et que j'étais incapable de le lire non plus.

Et un des anciens me dit alors : "Ne pleure pas, étends ta main et prends le livre, oui, le livre aux sept sceaux et ouvre-le. Car il a été écrit pour toi, le plus abaissé par ton humilité et le plus élevé parmi ceux d’en haut".

Alors, j’étendis la main et touchai le livre. Et voici que la couverture se souleva et mes mains touchèrent les pages d'or et mes yeux contemplèrent le mystère des sept sceaux.

Et j'ai contemplé et entendu la voix de beaucoup d'anges environnant le trône et le nombre d'entre eux étaient dix mille fois dix mille et des milliers de milliers, disant d’une voix forte : "Toute la gloire, la sagesse, la force et la puissance pour toujours et jamais, à celui qui révélera le mystère de mystères".

Et je vis les nuages tourbillonnants de lumière d'or étendant un pont ardent entre mes mains et les mains des treize anciens et les pieds de celui qui était assis sur le trône, dont le visage restait caché.

J'ouvris le premier sceau. Et je vis et contemplai l'ange de l'air. De ses lèvres sortit le souffle de vie, elle s’agenouilla sur la terre et donna à l'homme l’esprit de sagesse. Et l'homme inspira, mais quand il eut expiré, le ciel s’obscurcit et l'air doux devint souillé et fétide et les nuages de mauvaise fumée se répandirent sur toute la terre. Et moi, honteux, j’ai détourné ma face.

J’ouvris le deuxième sceau. Et je vis et contemplai l'ange de l'eau. De ses lèvres jaillit l'eau de la vie et elle s’agenouilla sur la terre et donna à l'homme un océan d'amour. Et l'homme entra dans ces eaux claires et brillantes. Et quand il eut touché l'eau, les cours d'eau clairs s’obscurcirent et les eaux cristallines devinrent glauques et les poissons haletèrent dans la noirceur dégoûtante et toutes les créatures moururent de soif. Et moi, honteux, j’ai détourné ma face.

J’ouvris le troisième sceau. Et je vis et contemplai l'ange du soleil. De ses lèvres se répandit la lumière de la vie et elle s'agenouilla sur la terre et donna à l'homme les feux de du pouvoir. Et la force du soleil entra dans le coeur de l'homme et il prit le pouvoir et s’en servit pour créer un faux soleil, oui, il répandit les feux de la destruction, brûlant les forêts, saccageant les vertes vallées, ne laissant après son passage que les os carbonisés de ses frères. Et moi, honteux, j’ai détourné ma face.

J'ouvris le quatrième sceau. Et je vis et contemplai l'ange de la joie. De ses lèvres est sortie la musique de la vie et elle s'agenouilla sur la terre et donna à l'homme la chanson de la paix. Et la paix et la joie comme la musique se répandirent dans l'âme de l'homme. Mais il n’entendit que la discorde, la dureté, la tristesse et le mécontentement. Il éleva son épée et trancha les mains des conciliateurs, puis il l'a souleva encore une fois et trancha la tête des chanteurs. Et moi, honteux, j’ai détourné ma face.

J’ouvris le cinquième sceau. Et je vis et contemplai l'ange de la vie. De ses lèvres sortit la Sainte Alliance contractée entre Dieu et l'homme. Elle s’agenouilla sur la terre et donna à l'homme le cadeau de la création. L'homme créa alors une faucille de fer et sa récolte fut la faim et la mort. Et moi, honteux, j’ai détourné ma face.

J'ouvris le sixième sceau. Et je vis et contemplai l'ange de la terre. De ses lèvres se répandit le fleuve de la vie éternelle et elle s'agenouilla sur la terre et donna à l'homme le secret de l'éternité. Elle lui a dit d'ouvrir les yeux et de contempler l'Arbre de Vie mystérieusement planté (sur la colonne) dans la mer infinie. Mais l'homme a soulevé sa main et s’est caché les yeux disant qu'il n'y a pas d’éternité. Et moi, honteux, j’ai détourné ma face.

J'ouvris le septième sceau. Et je vis et contemplai l'ange de la Mère terrestre. Et elle apporta avec elle un message de lumière flamboyante issue du trône du Père céleste. Et ce message était pour les seules oreilles de l'homme qui marche entre la terre et le ciel. Et dans l'oreille de l’homme, elle a chuchoté le message. Et il n'a rien écouté. Mais je n’ai pas détourné ma face de honte.

Non, j'ai tendu ma main vers l’aile de l'ange et j'ai tourné ma face vers le ciel disant : "Donnez-moi le message, car assurément je mangerai du fruit de l'Arbre de Vie qui grandit dans la mer d'éternité". Et l'ange m'a considéré avec une grande tristesse. Alors, il y eut un grand silence dans le ciel.

Et j'entendis une voix, semblable aux accents d’une trompette, prononcer ces mots : " Ô Homme, mesurez-vous le mal que vous avez accompli, quand vous avez volontairement détourné votre face du trône de Dieu, quand vous ne vous êtes pas servis des dons des sept anges de la Mère terrestre et les sept anges du Père céleste? »

Alors, une douleur épouvantable me saisit, car je sentis en moi les âmes de tous ceux qui s'étaient aveuglés ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article